Summerhall, un complexe culturel à ne pas manquer, mais pas que… 5

Summerhall, un complexe culturel à ne pas manquer, mais pas que…

À l’intérieur de cette ancienne école vétérinaire vous trouverez un des plus grands centres d’arts du Royaume-Uni, mais la partie qui m’intéresse ici est la celle qui se trouve au fond de la cour : le Royal Dick bar, la distillerie de gin Pickering et la brasserie Barney’s.

Le bar est nommé en l’honneur du fondateur de l’école de vétérinaire, William Dick (et non en référence à une blague graveleuse !) ; cette école est rapidement devenue la « Royal (Dick) School of Veterinary » plus connue sous le nom de « Dick Vet ».
Le Royal Dick est devenu en peu de temps un endroit incontournable pour les habitants d’Edinburgh tant par son cadre original (tricornes marins accrochés aux murs au côté de masques divers) et chaleureux (canapés plus que moelleux !) que pour la qualité de sa carte. Le gin et la bière sont fait sur place, tout étant servis directement à la pression, gin compris, ce qui est assez rare pour être mentionné !

Si vous y allez, je vous recommande vivement d’essayer le gin « 47 » servi avec du ginger ale à la place d’un tonic classique, ce mélange est vraiment excellent, très parfumé et riche en épices. Ce gin est fait avec la recette originale écrite à Bombay en 1947. Dans ce gin vous trouverez des botaniques classiques pour la confection du gin comme la baie de genièvre, le clou de girofle, et bien d’autres mais dans cette version il y a aussi d’autres épices moins courantes comme la cardamome et cannelle.
Le « Navy Strenght » vaut également la peine d’être gouté, avec un tonic classic pour le coup, par contre il est légèrement plus fort en alcool (57,1%) que les autres gins de Pickering qui sont à 42%.

Summerhall, un complexe culturel à ne pas manquer, mais pas que… 2     Summerhall, un complexe culturel à ne pas manquer, mais pas que… 3

Vous n’êtes pas trop gin et préférez la bière ? Pas de problème essayez la Barney’s, une bière issue d’une micro brasserie ouverte en 2010, elle déménaga à Summerhall en 2012. Ce choix était tout naturel puisque la première activité connue sur l’emplacement de l’actuel bâtiment était une brasserie, ouverte dans les années 1710, elle resta en activité pendant plus de 200. Ce site étant ainsi la plus vieille brasserie d’Édimbourg avec un fonctionnement ininterrompu.
Ils brassent des bières classiques mais ont également des éditions limitées assez fréquemment. Quatre bières font parties du cœur de la brasserie : une IPA (« Volcano IPA », 5%), une ambré (« Red Rye », 4,5%), une brune (« Capital Porter », 5%) et une blonde (« Extra Pale Ale », 4%). Chacune a ses traits de caractères propres étant donné qu’elles sont issues des quatre grandes familles de bière (pour vulgariser). Celle que je préfère reste la « Capital Porter », mais j’ai de manière générale une préférence pour les porters et stouts. En ce qui concerne les éditions limitées j’ai pu en gouter quelques unes comme la « Mount Fuji » (4%), bière blonde aromatisée au thé jasmin ou encore la « Vital Juice » (3,8%) une autre IPA.

Les deux lieux de productions – distillerie et brasserie – se visitent, n’hésitez donc pas à les visiter. Depuis cette année la brasserie est également ouverte à l’année, avant ça il fallait attendre le mois d’août et le Festival/Fringe pour la visiter.
J’ai visité la distillerie et je dois bien avouée que la visite est extrêmement intéressante, avec un gin tonic offert en début de visite dans le bar, la visite commence ensuite à proprement parler avec un résumé historique de la production du gin au cours des siècles, puis se poursuit avec le processus détaillé de fabrication et l’histoire derrière Pickering et se termine avec une dégustation des différents gins fabriqués sur place dans l’espace boutique (évidemment !).
Lorsque l’on vient visiter l’Écosse on est tenté de rapporter du whisky, je vous conseille plutôt de ramener du gin, de Pickering ou un autre produit en Écosse. En effet les whiskies écossais se trouvent assez facilement dans les grandes surfaces françaises et à moindre coup. Achetez une bouteille de whisky seulement si vous êtes certains qu’il n’est pas commercialisé en France comme le Blair Atholl, par exemple (excellent par ailleurs). À l’inverse, la mauvaise réputation du gin lui colle encore à la peau et c’est bien dommage. Il existe aujourd’hui une multitude de micro distilleries qui produisent des gins d’excellentes qualités avec des botaniques aussi variées et innovants que l’algue, l’ortie, la menthe, et bien d’autres (http://ginsofscotland.co.uk/50-scottish-gins-to-try-before-you-die/ : pour avoir une idée de la diversité de la production écossaise). Alors plus questions d’hésiter !

Summerhall, un complexe culturel à ne pas manquer, mais pas que…     Summerhall, un complexe culturel à ne pas manquer, mais pas que… 4

Les deux proposent une visite à £10/ personne. Pour plus d’informations vous trouverez les liens ci-dessous pour avoir les horaires et jours de visites :
– Barney’s : https://www.barneysbeer.co.uk/tours/
– Pickering : https://shop.pickeringsgin.com/pages/distillery-tours

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *